Belaye dans le Lot, un trésor perché

par Sébastien Colpin  -  3 Mai 2018, 10:29  -  #Occitanie, #Midi-Pyrénées, #Quercy, #Lot, #Bélaye, #village médiéval, #Vallée du Lot, #Panorama, #Guerre de cent ans, #Vignobles, #Patrimoine, #Histoire, #Paysage, #Architecture médiévale, #Châteaux, #Ruines, #Tourisme Lot, #Visite Lot, #Table d'orientation, #Jacques Brel

La commune de Bélaye est située dans le Midi-Pyrénées en Quercy dans le département du Lot. Ce petit village médiéval, ancien fief des évêques de Cahors, se situe en promontoire sur la basse vallée du Lot. Vous pouvez y découvrir un panorama exceptionnel sur les vignobles et les communes avoisinantes.

Bélaye couvre une superficie de près de 2 000 hectares et offre aux promeneurs de vastes étendues boisées et viticoles sillonnées de nombreux chemins pédestres permettant de relier les hameaux pittoresques de Latour, de Lalaurie ou  de Lalande.

L'histoire de Bélaye

Dès le XIIIe siècle, Bélaye apparaît comme l'une des principales cités du Quercy. Vingt paroisses des environs dépendaient de l'archiprêtre de Bélaye. Place stratégique, la ville fut le théâtre de nombreux combats entre Anglais et Français durant la Guerre de Cent Ans (XIVe siècle).

Châteaux et églises furent saccagés et pillés au XVIe siècle, au cours de l'occupation de la ville par les protestants lors des Guerres de religion.

Depuis la Révolution française, Bélaye, d'abord chef-lieu de canton, a connu un lent déclin, accentué à  la fin du XIXe siècle par la crise du phylloxera, puis au début du XXe siècle par la terrible saignée que fut la Première Guerre mondiale.

La Légende de Bélaye : 
Vers 1340, Bélaye se trouva assiégée par trois seigneurs de notre contrée favorables au parti du roi d'Angleterre Edouard III, qui venait de se proclamer roi de France : Raymond de Durfort, seigneur de Fenouillet et de Lacapelle, Bernard Bonafous, baron de Pestillac et Philippe Dejean, seigneur des Junies. La ville résista vaillamment à  leurs assauts, à  l'abri de ses fortifications. La légende veut que ce fut la trahison d'un de ses habitants qui permit aux « Anglais » de conquérir la place-forte : un marchand ambulant, Catinas, indiqua à  l'ennemi une porte mal gardée et Bélaye tomba par surprise. En 1348, après de longues négociations avec l'évêque de Cahors, seigneur de la ville, Durfort consentit à  restituer Bélaye contre 3 000 écus d'or. Une fois délivrés de leurs occupants, les bélaycois se vengèrent du traître Catinas : ils l'enfermèrent dans un tonneau hérissé de piques et le précipitèrent du haut de la Cévenne.

Source: http://www.belaye.com/index.html

 

Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Belaye dans le Lot, un trésor perché
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
C
Quelle jolie balade dans ce village que je ne connais pas encore. J'habite le Lot depuis 1 ans et je ne me lasse pas de faire tant de belles découvertes que je photographie et publie sur mon blog, tout comme vous.<br /> Amicalement,<br /> Chris
Répondre
S
Merci pour votre commentaire. Je n'hésiterai pas à visiter votre blog, amicalement,