Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune

La commune de Saint-Augustin, occupée dès le néolithique (découverte d’une hache polie), a aussi livré des vestiges de l'âge du fer. Des fosses datées des années 500 à 400 av. J.-C. sont probablement en rapport avec un habitat. Une sépulture gauloise à inhumation découverte près du hameau de Boiroux date des années 40-30 av. J.-C. Il s’agit vraisemblablement de la tombe d’un chef gaulois inhumé dans une fosse rectangulaire de 3,90 m de long, 1,90 m de large. Trois amphores vinaires italiques (Dressel IB), calées contre l'angle sud-est, sont à l'origine de la découverte. En raison de l'acidité du sol, aucun vestige osseux ne subsistait. À l'exception des amphores, le défunt et le mobilier funéraire étaient placés dans un coffrage de planches de 3 m sur 0,70 m et profond de 0,35 m, maintenu aux angles par des tiges plates en fer fixées par des clous ; l'espace entre les parois de la fosse et le coffrage avait été comblé de pierres et d'arène. Aucun indice ne témoigne de la présence d'un fond mais des planches posées horizontalement servaient de couvercle. Un abondant mobilier funéraire accompagnait le défunt. Les armes comprenaient une lance, déposée contre la paroi sud de la fosse, la poignée d'un bouclier, retrouvée au niveau du bras gauche et un coutelas à manche terminé par un anneau, découvert à hauteur de la ceinture. Un objet en fer, très oxydé (fibule ?) reposait au niveau des cuisses. Vingt-cinq vases se répartissaient dans le coffrage en fonction de leur usage. À la tête, étaient déposées trois céramiques tournées particulièrement soignées. Aux pieds, se trouvaient cinq vases non tournés et une petite jatte tournée, décorée à la molette. Cinq céramiques de forme ouverte, disposées en ligne, sur l'axe longitudinal de la fosse, paraissaient avoir été déposées sur les jambes du défunt. Six autres céramiques, non tournées, étaient disposées à la droite du défunt, le long de la paroi sud du coffrage, et une autre contre la paroi nord. Des analyses pollinique ont montré que des petits vases contenaient des céréales et que des fleurs (rosacées) étaient déposées dans la partie centrale de la tombe .
Un habitat gallo-romain mis au jour au lieu-dit la Garenne, sans doute relativement important, possédait un chauffage par hypocauste. A une centaine de mètres de là, fut exhumée une sépulture à incinération. Les cendres du défunt étaient déposées dans une urne en verre placée dans un coffre en granite pour la protéger.
Sous la Révolution française, pour suivre un décret de la Convention, la commune changea de nom pour Augustin-la-Monédière.

source:Wikipédia

 

Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Saint-Augustin en Corrèze, une jolie et très ancienne commune
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sébastien Colpin

Photographe amateur, passionné par le patrimoine historique, la vidéo, l'urbex et le paranormal
Voir le profil de Sébastien Colpin sur le portail Overblog

Commenter cet article

Angeline 30/08/2017 18:36

j'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo)

Sébastien Colpin 30/08/2017 20:38

Je vous remercie pour votre commentaire et n'hésiterai pas à vous rendre visite...