Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine

Il ne reste plus en élévation que les murs ruinés de l’église, mais des fouilles, effectuées sur les site de 1976 à 1989 par le Centre de Recherches Historiques et Archéologiques Médiévales de l’Université de Limoges, sous la direction de Bernadette Barrière, ont notamment permis de restituer le plan des bâtiments monastiques et de déterminer les transformations majeures dont ils firent l’objet au cours des siècles...

 

e fondateur de l'abbaye, Etienne, se retire comme ermite, vers 1125, dans les bois épais couvrant l' éperon sur lequel est maintenant bâti le village. « Physiquement séparé de tous, mais spirituellement unis à tous », il inaugure l'aventure spirituelle d'Aubazine. Celle-ci est marquée par la fondation d'un monastère double, l'un pour les hommes et l'autre pour les femmes, et l'adhésion à l'Ordre cistercien. A travers les hauts et les bas que traverse toute institution, l'aventure cistercienne s'y poursuit jusqu'à la révolution française, imprégnant les pierres de l'abbaye de cette sérénité lumineuse qui frappe encore les visiteurs.
Au début du vingtième siècle, l'abbaye qui accueille en son sein la congrégation religieuse du Saint Coeur de Marie depuis quelques temps déjà, abritera aussi, dans l'orphelinat tenu par les soeurs, une pensionnaire célèbre en la personne de Gabrielle Chanel. Pendant la deuxième guerre mondiale, l'orphelinat des soeurs servira de couverture pour abriter et sauver de la mort un certain nombre de jeunes femmes et fillettes juives.
Depuis 1965, l'abbaye relève de l'Église grecque melkite catholique, une Église de tradition byzantine unie à Rome.
Aujourd'hui et depuis de nombreuses années déjà, l'abbaye est ouverte aux visiteurs qui viennent suivre la visite guidée de ce bâtiment remarquable du 12ème siècle. Depuis 2011, elle offre la possibilité de suivre des conférences et des parcours spirituels, des stages en calligraphie, enluminure et iconographie donnés par des professionnels. L'abbaye accueille également des groupes et des mouvements d'Église voulant passer une journée ou vivre un temps de retraite.
De plus, dans le cadre de la découverte d'un édifice inscrit au titre des monuments historiques, l'abbaye accueille des classes scolaires de différents niveaux.
 
Source: http://abbaye.aubazine.com/
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Vestiges du monastère féminin du Coiroux à Aubazine
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sébastien Colpin

Photographe amateur, passionné par le patrimoine historique, la vidéo, l'urbex et le paranormal
Voir le profil de Sébastien Colpin sur le portail Overblog

Commenter cet article