Saint-Robert en Corrèze, un des plus beaux villages de France

Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.
Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106).  De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.

Saint Robert, commune rurale et artisanale de 608 hectares, se situe dans l’ Yssandonnais aux confins du Périgord et du Limousin, au sud-ouest de la Corrèze. Sur son promontoire calcaire, il culmine à 350 mètres d’altitude. Il est inscrit à l’association des Plus Beaux Villages de France depuis 1982. Village médiéval qui changea 3 fois de nom : MUREL, SAINT ROBERT et MONT-BEL-AIR pendant la Révolution. Il doit son nom à l’ermite prédicateur Robert de Turlande mort en 1067, fondateur de la Chaise-Dieu. Un de ses disciples créa en 1122 un prieuré grâce à Archambaud de Comborn ainsi qu’à sa femme, fille du Vicomte de Limoges. Le prieur était seigneur justicier de Saint Robert, de Pinsac “consistant en maisons, granges, eaux et prés, bois de châtaigniers, champs, terres labourables et vignes” (Arch. Corrèze, Fds Clément.Simon, 6F, n°106). De 1790 à 1801 Saint-Robert est un chef-lieu de canton comprenant les communes de Segonzac, Boisseuil, Theillot, Coubjours, Louignac.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sébastien Colpin

Photographe amateur, passionné par le patrimoine historique, la vidéo, l'urbex et le paranormal
Voir le profil de Sébastien Colpin sur le portail Overblog

Commenter cet article