Les Photos de Sébastien Colpin

Forteresse médiévale de Ventadour en Corrèze

30 Juin 2016, 14:20pm

Publié par Sébastien Colpin

A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.
A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.

A 562 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux qui domine de deux cents mètres les gorges de la Luzège, le château de Ventadour (Moustier-Ventadour, Corrèze) dresse ses ruines imposantes dans un site qui évoque à la fois la puissance de la féodalité médiévale et l'éclosion de l'amour courtois auquel reste attaché le nom du troubadour Bernard de Ventadour. Le site castral a vu le jour au XIe s. lorsque Ebles 1er, second fils d' Archambaud de Comborn, est devenu vicomte de Ventadour (1059). Les plus anciens vestiges actuellement conservés remontent à la fin du XIIe s. On peut observer encore aujourd'hui, les remparts, la tour ronde, le logis seigneurial et la chapelle Saint-Georges. Le château commandait la vicomté de Ventadour, les villes d' Ussel et d' Egletons. Durant plus d'un siècle (XIIème - XIIIème siècle), le château de Ventadour fut un foyer de création artistique, un des plus importants des pays occitans. Les troubadours se réunissaient au château pour créer et comparer leurs poèmes. Eble II vicomte du château de Ventadour était considéré comme un maître dans l'art du 'trobar'. C'est dans cet environnement cultivé que Bernard de Ventadour a été initié à la création poétique.

Commenter cet article