Donzenac, village médiéval de Corrèze

Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.
Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac.  Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.

Il est possible que le site de Donzenac apparaisse dans le chartrier de Charroux en 783. En 924, le village est cité comme une villa dépendant de la vicairie d'Uzerche (in vicariâ Usercense, in villà de Donzenac dans le livre de J.-B. Champeval Cartulaire des abbayes de Tulle et de Rocamadour, 1903). On trouve le nom de Donzenaco en 930, Donsenacho en 1109. En 1183, Geoffroy, prieur de l'abbaye de Vigeois, raconte qu'une dame Garsinde fait don à l'abbaye d'Uzerche fait don du temps du roi Robert, vers l'an 1000, d'une borderie sise sur le territoire d'Yssandon, près l'église de Donzenac. Donzenac était une seigneurie épiscopale, mais l'évêque de Limoges déléguait ses pouvoirs aux seigneurs locaux. Les Malemort rendaient hommage aux évêques et se qualifiaient de barons de Donzenac. Entre 1275 et 1294, l'évêque de Limoges était Gilbert de Malemort, issu de cette famille. La famille de Malemort était liée par mariages avec les familles des seigneuries environnantes, les vicomtes de Comborn et de Turenne. Par le mariage de Galienne de Malemort avec Ebles de Ventadour cette famille devient la famille dominante à Donzenac. Donzenac est pillée vers 1350, par les Anglais (en fait par un nommé Bacon, probablement Anglais mais au service de Jeanne de Penthievre, alliée au roi de France ; il s'agit d'un épisode collatéral de la guerre de succession de Bretagne qui commença la guerre de Cent Ans). Le futur pape Innocent VI intervint en 1351 en recommandant Donzenac au roi de France car son neveu, le cardinal Pierre de Monteruc, appartenait à une famille originaire de la ville. Géraud de Ventadour obtint en 1354 des faveurs royales pour aider la restauration de Donzenac. Ces faveurs culminèrent avec l'ordonnance de Charles V, en avril 1372.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sébastien Colpin

Photographe amateur, passionné par le patrimoine historique, la vidéo, l'urbex et le paranormal
Voir le profil de Sébastien Colpin sur le portail Overblog

Commenter cet article